» L’apocalypse est au commencement de soi puisque la fin précède toute naissance. »
Victor Lévy Beaulieu

La série d’œuvres que je vous présente en partie aujourd’hui s’intitule « Le calme pendant la tempête, Apocalypse 2020 ». Elle est née d’un désir d’exprimer les paradoxes émotionnels vécus pendant la période troublée par la pandémie de Covid19. Pour la construire, je suis partie de photographies de lignes à haute tension devant des cieux nuageux. Ces lignes évoquent notre confort occidental confronté à la puissance de la nature : une tempête et notre vulnérabilité est exposée au grand jour. Chacune des pièces de cette série illustre par son format carré l’impression d’être pris au piège par des circonstances plus grandes que nous, et par ses tourbillons, elle transmet la sensation vertigineuse qui en découle. Cette série pose la question d’un avenir : « Y a-t-il une lumière au bout du tunnel ? ». La couleurs sont le reflet de nos émotions mêlées : mystérieuses, magnifiques et parfois inquiétantes. « Le calme pendant la tempête, Apocalypse 2020 » vient alors nous raconter comment il est possible de trouver de la sérénité et de la sécurité dans un monde qui ne tourne plus rond. Elle est le témoin de ce que la pandémie nous enseigne : nous sommes à l’image de l’œil du cyclone, intègres et en paix si nous focalisons notre attention au centre de nous-mêmes et que nous gardons la foi en nos ressources pour survivre au processus en cours. En résumé, j’ai voulu représenter cette apocalypse que nous vivons encore et qui je le sens nous permettra de créer une nouvelle manière d’être au monde libre et apaisée.